Toreros para la Historia: Curro Romero, Rafael de Paula

Curro y Rafael

Francisco Lopez Romero, dit « Curro Romero », est né à Séville (Espagne) dans le quartier de Camas le 1er décembre 1933 . Rafael Soto Moreno dit « Rafael de Paula », né le 11 février 1940 à Jerez de la Frontera .

Indissociables toreros artistes, toreros de l’extraordinaire et du néant.

Curro Romero

Torero mythique de Séville, IL débute en 1954 avant de prendre l’alternative en 1959. Il commence alors une carrière marquée par les triomphes et les broncas. Il fait mine de se retirer en 1969, mais reprend ensuite sa carrière chaotique. Le pharaon a toréé jusqu’en 2000: « Ce n’est pas moi qui me retirerai, c’est le taureau qui me dira de me retirer » avait-il dit.

Il appartient à ces toreros artistes animéx on peut dire par la grâce de Dieu. La qualité de sa tauromachie est hors de doute. Indolent, apathique parfois, il n’en fut pas moins un maître parmi les plus grands, avec ses faenas d’une limpidité, d’une placidité sans commun

Torero polémique, il est défendu à outrance par ses partisans, et critiqué avec passion par ses détracteurs. Il a besoin d’un type de toros qui ne sort pas souvent dans les arènes. Cela entraîne des échecs retentissants, car par manque de technique ou de courage il ne cherchait même pas à obtenir une action discrète ou digne. Il n’a jamais su, ou voulu, composer avec des toros qui n’ont pas été à son goût.

Il fut un torero adulé par Séville, qui retrouvait dans sa nonchalance et dans sa douceur les valeurs du toreo andalou et qui s’accommodait d’une conception de la corrida recherchant la beauté du geste au détriment de l’affrontement avec le toro. Séville pouvait pardonner ses irrégularités et s’enflammer pour un unique geste somptueux au cours d’une faena. Mais ce torero andalou fut aussi aimé de Madrid, dont il sortit en triomphe à sept reprises.

Rafael de Paula

Rafael de Paula est d’origine gitane. Il commence sa carrière comme maletilla. Il participe à de nombreuses novilladas à la fin des années 1950 et prend l’alternative le 9 septembre 1960. Paula ne la confirmera à Madrid que quatorze ans plus tard. Au cours d’une carrière de plus de trois décennies, il fut une figure unique. Rafael de Paula incarne l’art tauromachique et tout ce qui va avec.

L’esprit gitan tellement fantasque n’a d’égal que son style inimitable notamment de ses passes de cape si émouvantes. Les jours de duende , il touchait au sublime alors que les nombreux jours de disgrâce, il tombait dans le tragi-comique de fuites et de reculades. Le temps en a fait une sorte d’icône. 

Après Cordobes, Bienvenida, Manolete, Ordoñez découvrez Toreros para la Historia made in ©️Fernando Achuccarro consacré à Curro Romero et Rafel de Paula.

Pour un accès direct à la vidéo  ⤵️