ActualitésOrganisateurs itw

Novillada de Saint Perdon: faire d’une contrainte une opportunité.

Dans l’agenda « pluriannuel » des aficionados, la novillada de Saint Perdon est habituellement positionnée fin août. En 2024, elle aura lieu le 06 avril. Tertulias a rencontré Pascal Darquié, le Président de la Peña «La Muleta» pour qu’il nous explique les raisons de ce changement de date. Il nous présente le cartel de l’édition 2024 de la novillada de Saint Perdon dans les arènes du Plumaçon.

Tertulias : « Quel bilan tires-tu de la novillada 2023 ? »

Pascal Darquié : « L’an dernier, nous avions monté une novillada desafio avec des novillos de Pedraza de Yeltès et d’Escolar Gil. A cause de l’épizootie sévissant en Espagne, nous n’avons pas pu embarquer les Escolar. Dans les jours précédant la course, nous avons dû remodeler le cartel. Nous avons sorti une novillada un peu inégale dans la présentation car nous avons du intégrer dans le lot trois novillos de Pedraza non prévus au départ.

La novillada a eu de l’intérêt sur au moins deux toros qui ont eu de la présence au cheval et qui ont permis à la muleta. Je me souviens de deux passages de Garcia Pulido en particulier à son second utrero. Guillermo qui était un novillero prometteur a pu couper des trophées. Nous aurions d’ailleurs aimé le reprogrammer en 2024 mais il a pris l’alternative à Valdemorillo.  Donc un bilan en demi-teinte car on n’a pas pu tenir l’affiche que nous avions proposé aux aficionados et la fréquentation en 2023 a été moyenne. »

Tertulias : « Saint Perdon en avril, pourquoi ? »

Pascal Darquié : « On s’est remis au travail pour monter l’édition 2024. Dès le début, Jeux Olympiques obligent, nous savions que tout allait être perturbé. Cela s’est confirmé puisque plusieurs spectacles taurins (3 au total) se sont superposés sur la date habituelle et historique de Saint-Perdon à savoir le dernier dimanche d’Août. Avec notre consultant, le Maire de Saint-Perdon et le bureau de la Peña après réflexion, il nous est apparu incontournable, que notre novillada devait toujours se dérouler dans les arènes du Plumaçon. La Mairie de Mont de Marsan a accueilli l’idée de façon très cordiale.

Nous avons fait le tour des dates disponibles. C’est une arène qui vit et il restait très peu de fenêtre de tir. Après discussions, la date du 06 avril qui correspond aux 100 jours avant les Fêtes de la Madeleine, s’est offerte à nous. C’est une journée importante puisque l’affiche de la Madeleine est dévoilée ce jour-là.  Mont de Marsan a monté tout un programme d’animations dans la ville pour cette occasion. On a pu intégrer notre novillada dans le déroulement de cette journée.

Nous espérons sincèrement qu’il en découlera une attractivité supplémentaire et que nous pourrons retrouver du monde sur les gradins pour la novillada qui aura lieu à 16 heures. Nous voulons faire de ce qui a été une contrainte, une opportunité»  

Tertulias : « Pourquoi avoir choisi Valdellan comme élevage? »

Pascal Darquié : « La date a été validée, en octobre-novembre. Bien entendu cela a changé nos habitudes en matière d’organisation. On s’est vite mis au travail avec l’idée de continuer à proposer une novillada de type torista. En une quinzaine de jours, nous avons pu mettre en place nos visites au campo. Nous avons choisi de programmer des novillos de Valdellan car la présentation des novillos nous convenait. 

Ils étaient bien avancés dans leur évolution morphologique. Nous pouvions nous projeter sur un lot qui cinq à six mois après pouvait sortir dans une arène de Première Catégorie. Cet élevage nous apporte en plus une certaine garantie. L’Aficion le connait grâce à de très belles sorties dans le Sud-ouest en particulier à Vic, Parentis et Aire. C’est un élevage prisé des aficionados. Cela a conforté le choix de le mettre au cartel . »  

Tertulias : « Comment s’est porté le choix pour la terna des novilleros? »

Pascal Darquié : « Pour composer la terna, en début de temporada, il y a un dénominateur commun entre Mugron, Garlin et Saint Perdon, à savoir Jean Gilbert. Il était hors de question pour nous de travailler chacun de son côté. Avec Jean nous avons pu échanger et monter un cartel pour proposer à l’ensemble des aficionados une affiche sans concurrencer les autres arènes. Nous recherchions, des novilleros en capacité de prendre cet encaste de Santa Coloma.

Nous avons établi une short-list. Ensuite nous avons revu ce qui s’est passé lors de la temporada passée pour voir le comportement des novilleros présélectionnés et les fers qu’ils avaient lidiés. Nous voulions un chef de lidia solide. Le choix s’est porté sur Daniel Medina.  Il a triomphé à Arnedo et on connait la valeur de cette Féria et du Zapato de Oro. De plus, gage de sérieux, il l’a fait devant un novillo d’Adolfo Martin. Ce choix est en cohérence avec nos attentes. Daniel Medina se présentera en France. Dans notre short-list il restait d’autres novilleros qui avaient bien fonctionné dans le circuit autour de Madrid et qui étaient inédits dans notre pays. On a décidé de continuer sur ce fil conducteur.»

Tertulias :  « Qui complète le cartel ? »

Pascal Darquié   : « Le second novillero sera Jesus de la Calzada. Il s’est imposé à nous avec le parcours qu’il avait fait dans le circuit de Madrid et les élevages qu’il y avait affrontés.  

On avait suivi Villaseca de la Sagra et en particulier la course de Cuadri. Nous y avions vu un novillero qui attiré notre attention. Il s’agit de Miguel Andrades. C’est un torero avec un physique et une « gueule de torero ». Il comprend rapidement les novillos. En plus il banderille. Sa présence, apporte de l’attrait. En 2023, il coupe trois oreilles à des Miura. Il coupe des oreilles aussi à des Cuadri. C’est un novillero qui rentre bien dans nos critères.

Nous sommes allés au bout de notre démarche en faisant trois présentations. Les trois novilleros ont tienté chez Valdellan et affronté un novillo en privé. C’est de leur part un gage de sérieux.»

Tertulias : « Pourquoi n’y a t’il pas de français au cartel ? »

Pascal Darquié : « il y a peu de novilleros français. Ils ne sont pas manifestés alors que nous avons reçu au moins une trentaine de candidatures spontanées qui sont à chaque fois une preuve de motivation de la part d’un torero et de son entourage. »

Tertulias : « Le 6 avril sera une journée festive à Mont de Marsan. Quel impact aura-t-elle sur la compositon du public ? »

Pascal Darquié : « Les aficionados qui ont l’habitude de se rendre aux arènes regardent les cartels. Avec une affiche toriste, nous sommes sûr d’avoir une partie du public connaisseur qui aura cette sensibilité. L’intérêt que nous avons tous en tant qu’organisateur, c’est d’attirer une partie de public qui n’a pas l’habitude de venir aux arènes.  Depuis l’épisode Caron, on voit qu’il y a un élan . Nous devons être attractifs. Les gens, aujourd’hui, sont consommateurs de spectacle. Pour nous le fait d’être dans une journée festive accroit notre attractivité. J’espère et je souhaite qu’un nouveau public vienne aux arènes.

Nous avons une politique tarifaire attractive. Nous proposons des prix réduits pour les jeunes. Cela est incontournable et nécessaire. Ce public c’est le renouveau et l’avenir pour la corrida. Il y a un groupe de jeunes aficionados qui s’est créé. Ils montrent un vrai intérêt pour les arènes. Il faut que nous, organisateurs, nous ayons la capacité de les accueillir. Au palco, il y aura une jeune fille membre de ce groupe de jeunes aficionados. Attirer un nouveau public, c’est aussi les faire entrer dans les coulisses de la corrida et leur donner des responsabilités. C’est une valeur éducative à laquelle nous tenons et qui permettra d’intégrer de nouvelles personnes, dans l’organisation des spectacles taurins. »

Tertulias : « Comment fait-on pour réserver ou prendre un billet ? »

Pascal Darquié : « Cette année, nous avons mis en place une billetterie électronique, avec un paiement possible en ligne, par carte bancaire. On s’est donné les moyens de rendre la novillada la plus exposée et accessible possible. Il y aura aussi une billetterie mobile le samedi matin qui sera sur les lieux d’animations des 100 jours de la Madeleine. On ira ainsi vers les gens. On a diversifié les possibilités d’acheter les billets pour la novillada. Le guichet des arènes pour la novillada de Saint Perdon ouvrira en début d’après-midi .

On a une équipe de jeunes personnes qui avec dynamisme gèrent la communication. On s’adapte à l’évolution de la société pour nous rendre visible et donner envie de venir aux arènes. »

Merci Pascal, suerte pour cette édition 2024 de la novillada de Saint Perdon. La billetterie est ouverte. Les billets peuvent être achetés sur le net 💻 ➡️BILLETERIE EN LIGNE ou par téléphone  ☎️ 07.66.06.78.29. Ouverture des guichets le 6 avril de 10h à 11h et de 14h à 16h.100 places  sont réservées pour les -20ans sur les files 5 . La novillada est gratuite pour les -de 12 ans. Les places seront uniquement délivrées sur présentation d’une carte d’identité.

Propos recueillis par Thierry Reboul

Une réflexion sur “Novillada de Saint Perdon: faire d’une contrainte une opportunité.

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics