Reseñas

Bolsin de Bougue: Guillermo, Tristan et Manuel se sont qualifiés

Après deux ans d’interruption COVID oblige, les aficionados ont pu se retrouver à Bougue pour le 26ème Bolsin. On ne change pas une formule qui fonctionne bien.  La sélection des 3 participants au Bolsin se fait lors d’une tienta de vaches du Camino de Santiago. Chacun des novilleros sort de premier devant une becerra et de second devant une autre. A l’issue du tentadero, le public, les membres du club taurin et les représentants des villes qui proposent un contrat au vainqueur votent pour désigner les trois finalistes.

Le bétail de Jean Louis Darré, peut-être pas assez piquées pour certaines vaches a posé quelques difficultés aux candidats. Des dix becerras on retiendra la quatrième et la dernière et à un degré moindre la troisième et la cinquième.

C’est Pedro Montaldo Corella (ET de Guadalajara) qui a ouvert la compétition. Après un bon début à droite, il a eu quelques difficultés pour s’imposer face à une vache compliquée. Il a pu mieux s’exprimer face à la dernière (de second) sans arriver à connecter avec le public.

En second Fabien Castellani a pris le relais et a  tiré une bonne série au centre à une vache suelta et querenciosa. Il a eu plus de difficultés face à la seconde qui a cherché rapidement les plaches.

Même difficulté pour Guillermo San José (Fondation El Juli) face à la même becerra. La troisième, plus noble et collaboratrice, lui permettra de nous montrer des qualités intéressantes , une bonne maîtrise des distances et de la lidia.

Rafael Ponce de Leon (CFT Nîmes) face à deux bonnes vaches (troisième et quatrième) enchaîne avec application des passes mais il manque du liant et de la construction à ses faenas.

Miriam Cabas (ET Campo de Gibraltar) sera des dix novilleros la plus précise et la plus efficace dans la lidia et la mise en suerte des vaches. Elle sera plus à l’aise face à la cinquième. Elle construira une faena intéressante avec de bons passages sur les deux pitones mais qui ira à menos.

Lenny Martin (ET Béziers Médittérannée) aura du mal à s’imposer face à ses deux vaches.

Iker Fernandez Aliaga (ET de Salamanque)  a de la technique et du métier mais il transmet peu d’émotion Il a été mal servi avec la mansa sortie en septième position..

Juanito (ET Adour Aficion) ne pourra pas faire grand-chose face à cette même vache qui s’échappait vers les planches. La huitième permettait plus. Malgré sa bonne volonté et son application, le béarnais, trop réservé, a eu du mal à passer la rampe.

Tristan Barroso (ET de Badajoz) après une bonne série dans les planches à la huitième, a eu la vache la plus compliquée de la matinée. Avec beaucoup d’aguante, d’autorité, il l’a soumise. Elle avait beaucoup de piquant et aurait gagnée à être plus piquée. Auteur de la faena la plus technique, il a favorablement impressionné le public.

Manuel Roman  Alvarez , que Tertulias vous avez présenté , a été la révélation de ce tentadero qualificatif. Très fin torero, il s’est imposé avec beaucoup de temple à la neuvième que Tristan avait soumise. Sa faena à la dixième, pleine de saveurs andalouses, a été le meilleur moment de la matinée.

Se sont qualifiés pour la novillada non piquée du Bolsin de Bougue : Guillermo San José, Tristan Barroso et Manuel Roman Alvarez.

Thierry Reboul (photos Philippe Latour)

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics