Organisateurs itw

Pascal Darquié, président de la Peña La Muleta, nous présente la novillada de Saint Perdon.

Grâce à la gentillesse de la ville de Mont de Marsan, Saint Perdon, privée d’arènes depuis 2009, organise sa traditionnelle novillada ce dimanche 28 août à 17h30 au Plumaçon. Tertulias a rencontré Pascal Darquié, le Président de la Peña La Muleta , qui nous a présenté toros et novilleros.

Tertulias : « Depuis quand le Peña La Muleta organise-t-elle la novillada? »

Pascal Darquié : « Avant 2008, la novillada était organisée par le comité des fêtes. Cette année là le Maire nous a demandé de prendre en charge l’organisation de la course. Depuis lors, c’est la Peña qui gère seule la journée taurine. Cette année, ce sera la quatorzième novillada que l’on fera dans les arènes du Plumaçon à la suite de l’incendie des arènes de Saint Perdon en 2009.

En 2013, pour les trente ans de la Peña, on avait monté une novillada concours que l’on a répétée jusqu’en 2018. Pour les dix ans de présence au Plumaçon , en 2019, on a monté le matin une novillada de Baltasar Iban et l’après-midi une concours. En 2021, nous avons programmé une novillada de Pincha, la ganaderia qui avait remporté le trophée en 2018 ; Cette année, pour garder l’accent toriste qui colle à la peau de la Peña, on a choisi de faire appel, après avoir parcouru le campo et visiter plusieurs ganaderias, à Escolar Gil.»

Tertulias: « Durant ces quatorze années, quels ont été les évènements marquants ?  »

Pascal Darquié : « Sur l’épisode Saint Perdon à Mont de Marsan on a eu quatre très bonnes novilladas de Baltasar Iban. Celle de 2011 a reçu le prix du meilleur lot de la saison dans le Sud-ouest. La première des novilladas concours a été importante. Il y avait en compétition Miura, Guardiola Fantoni (pour une des dernières apparitions de ce fer), Palha et la présentation de Pedraza de Yeltès.  Cette ganaderia a été vainqueur à deux reprises. On a deux bons novillos de Pincha, le premier en 2017, le second en 2019. »

Tertulias: « Quels sont les novilleros qui sont venus ? »

Pascal Darquié : « Chez nous sont passés José Garrido, César Valencia, Alejandro Marcos. Pour les Français tous sont venus dont Louis Husson, Adam Samira, Thomas Dufau, Mathieu Guillon. Je me souviens de José Garrido et de cette novillada où les trois novilleros sont passés à l’infirmerie. Cette novillada concours avait été forte en émotions avec des toros sérieux de présentation et de comportement. Garrido avait triomphé devant un Pedraza. Cette année-là, il n’y a pas eu de toros vainqueur mais un acessit au Pedraza et à l’Astarac qui avait fait la vuelta. »

Tertulias : « Qu’est ce qui vous a amené à choisir les Escolar Gil ? »

Pascal Darquié : « On a pris Escolar Gil parce que nous sommes toristes. On a voulu une novillada assez mobile. Les novillos sont dans le type avec des têtes très fines et la hechura caractéristiques de l’encaste. On l’a montée avec l’éleveur en mettant des produits de plusieurs sementales car la novillada est un laboratoire. Nous voulons mettre en évidence ce qui fait l’ADN de la Peña à savoir la mise en valeur du tercio de piques. On veut aussi des utreros qui vont se bouger et qui ont de la mobilité pour permettre aux trois jeunes novilleros de s’exprimer. »

Tertulias : « Sur quels critères avez vous choisi les novilleros ? »

Pascal Darquié : « Concernant, les novilleros, Saint-Perdon garde toujours une place pour un français. Cet axe n’a pas été abandonné. On a discuté avec certains pour qui cette course n’était pas dans leur plan de carrière. D’autres, quand on a composé le cartel, n’étaient pas dans le moment où ils sont actuellement. On a gardé des contacts et en cas de substitution, priorité sera donnée à un français. En fin de temporada, c’est toujours un petit peu compliqué. On a voulu présenter trois novilleros inédits en France.  Par rapport à nos prospections et aux candidatures spontanées que nous avons reçues, on a sélectionné ceux qui toréaient du Santa Coloma. »

Tertulias: « Qui sera le chef de lidia ?  »

Pascal Darquié : « Pablo Atienza sera le chef de lidia. C’est un novillero qui tourne pas mal. En piquée, il a commencé en 2017. C’est un homme de campo.Il a beaucoup toréé, peut-être pas dans les arènes les plus importantes, mais il a souvent pris du Santa Coloma dans toutes les lignées de l’encaste. Il vit dans une ganaderia du côté de Segovia et fait beaucoup de campo. Il appartient à une grande famille de picadors. Le toro ne lui fait pas peur. Il est aguerri et on peut lui confier ce rôle de chef de lidia. 

Tertulias: « le second ? »

Pascal Darquié : « Ruben Fernandez, on l’a choisi à la fois sur un coup de cœur et en discutant. Il y a deux ou trois ans, il a toréé une novillada d’Escolar à laquelle assistait El Fundi. Vu la manière dont il a mis en valeur ses toros, le maestro, qui sera présent dimanche, a eu un coup de cœur. Depuis, il l’accompagne. Ruben connait les novillos d’Escolar Gil. C’est une garantie et sans trop de doutes nous l’avons mis au cartel. Ce garçon a fait beaucoup de recorte. Sa connaissance des toros et de la ganaderia peut ètre une bonne combinaison. Par ailleurs depuis que nous l’avons choisi, il est rentré au cartel de la novillada de la Féria d’Automne à Madrid. »

Tertulias: « Et pour fermer le cartel ? »

Pascal Darquié : « Ismael Martin fermera le cartel.  A Saint-Perdon, souvent, le troisième a été le triomphateur de la novillada. Je lui souhaite la même chose. On l’a vu en non piquée en France à Plaisance, Dax . C’est un jeune qui monte.  Depuis début août, il a enchaîné quatre contrats. A chaque fois il coupe des oreilles et sort à hombros. Il est très courageux, banderillero. On mise beaucoup sur ce garçon. Il a participé à la finale des novilladas de Castilla y Leon. Il sait toréer et connecte avec le public. Son courage et ses qualités nous ont incité à le mettre au cartel. On espère que cette « bénédiction » du troisième va continuer sans que, bien sûr, cela n’empêche pas les autres de triompher. »

Tertulias: « Quels sont les à-côtés de cette novillada ? »

Pascal Darquié : « Il y a un repas organisé le dimanche midi à Saint Perdon à la salle des Fêtes. C’est un repas type producteur. Chacun pourra composer son menu de l’entrée au dessert en passant par les boissons en achetant directement aux artisans et producteurs locaux présents. »

Tertulias: « Qu’est-ce qui fera que les organisateurs de Saint Perdon seront contents à l’issue de la novillada ?

Pascal Darquié : « Il me vient trois critères. Le premier, c’est que le choix de la ganaderia, que nous avons fait, ait donné du plaisir au public et que les novillos permettent aux jeunes novilleros de s’exprimer.  Le second sera la présence d’un public nombreux sur les gradins. Cela assurerait la pérennité de notre organisation. En effet c’est nous qui assumons, avec une subvention de la Mairie et l’aide des sponsors, la charge financière de la course. Le troisième, si ces deux critères sont réunis ce sera de voir les gens sortir des arènes avec le sourire. »

Merci et Suerte à Pascal et son équipe de La Muleta. Pour réserver les places Salle paroissiale de SAINT PERDON de Lundi à Vendredi 16h30 – 19h Samedi 10h – 12h / 14h – 19h ou 07 66 06 78 29. La novillada commence à 17h30 et est gratuite pour les moins de 12 ans.

Propos recueillis par Thierry Reboul

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics