La Brède: Juan Leal et Dorian Canton à hombros.

© Pierre Delhoste

Les deux toreros français Juan Leal et Dorian Canton sont sortis à hombros à La Brède.

A la pluie froide du matin a succédé un temps gris et maussade avec une température quasi automnale. Heureusement, il n’ a pas plu. Ganadero attitré des corridas de la cite de Montesquieu, Ricardo Gallardo a envoyé à la Brède un lot de toros âgés à quelques mois, ou même jours, près, de six ans. Très bien présentés , ils avaient presque tous de la race et du fond mais ils ont trop souvent manqué de forces. Côté armures, le lot était hétérogème. Certains pointes n’ont pas resisté aux chocs contre les planches.

Curro Diaz a réalisé une faena superficielle à un premier toro qui est pourtant allé à mas. A son second, il a alterné le moins bon et de belles séries en particulier à gauche. Juan Leal a coupé deux oreilles à son premier après un bon début de faena, citant le toro de loin, et une bonne estocade. Son second, très faible, ne permettait pas grand chose. Dorian Canton, le mieux servi au sorteo, a coupé deux oreilles au très bon troisième tout en étant un peu en dessous des possibilités du Fuente Ymbro. Il a mal tué le sixième.

Fiche technique:
  • Arènes de La Brède (Gironde): corrida des Fêtes de la Rosière 2022.
  • 6 toros de Fuente Ymbro, sérieux de présentation, inégaux au niveau des armures, avec du fond , de la race pour certains mais justes de force pour
    • Curro Diaz: une oreille, silence
    • Juan Leal : deux oreilles, silence
    • Dorian Canton: deux oreilles, un avis et silence
  • Vuelta au troisème toro, salut du ganadero et du mayoral à l’issue de la course.
  • Prix de la meilleure faena attribué à Dorian Canton pour sa prestation au troisème toro.
  • 6 piques et un picotazo, cavalerie Bonijol
  • Présidence comme à son habitude très (trop) généreuse de Alain Biec.
  • 2/3 d’arène, un tout petit peu de soleil, beaucoup de nuages et de froidure, heureusement pas de pluie.
Le reportage photos complet de Pierre Delhoste ⤵️
IMG_6728
IMG_6739
IMG_6757
IMG_6802
IMG_6847
IMG_6871
IMG_6907
IMG_6910
IMG_6924
IMG_6927
IMG_6933
IMG_6946
IMG_6950
IMG_6963
IMG_6970
IMG_6990
IMG_6993
IMG_7023
IMG_7032
IMG_7033
IMG_7046
IMG_7065
IMG_7069
IMG_7076
IMG_7115
IMG_7121
IMG_7148
IMG_7149
IMG_7165
IMG_7166
IMG_7179
IMG_7190
IMG_7198
IMG_7229
IMG_7243
previous arrow
next arrow
IMG_6728
IMG_6739
IMG_6757
IMG_6802
IMG_6847
IMG_6871
IMG_6907
IMG_6910
IMG_6924
IMG_6927
IMG_6933
IMG_6946
IMG_6950
IMG_6963
IMG_6970
IMG_6990
IMG_6993
IMG_7023
IMG_7032
IMG_7033
IMG_7046
IMG_7065
IMG_7069
IMG_7076
IMG_7115
IMG_7121
IMG_7148
IMG_7149
IMG_7165
IMG_7166
IMG_7179
IMG_7190
IMG_7198
IMG_7229
IMG_7243
previous arrow
next arrow
Toro par Toro

En premier lieu sort un toro bien présenté, il est âgé de presque 6 ans comme le seront les autres toros du lot. Il charge avec violence dans la cape de Curro Diaz. Juste de force, il prend un puyazo sans trop pousser. A la sortie de cette rencontre, il fait une vuelta de campana.  Le Fuente Ymbro, faible et violent en début de faena, va aller à mas. Le torero de Linares le toréé essentiellement sur le piton droit. Le toreo est élégant mais le torero est profilé et abuse, comme à Aire, du pico. L’ensemble reste en dessous d’un toro qui sur la fin permettait plus que ce que nous a offert Curro Diaz. L’estocade résulte en avant et caîda et provoque une hémorragie. Le public, généreux, demande et obtient une oreille.

Le second a beaucoup de bois sur la tête. Comme le précédent, il est noble et juste de forces. Juan Leal l’accueille avec beaucoup de sérénité . Le toro, mal mis en suerte, prend un premier puyazo en poussant puis un picotazo sur un retour.  Bon tercio de banderilles, le matador français brinde au public. Le Fuente Ymbro est faible mais il vient bien quand on le cite de loin. Deux bonnes séries à droite, profitant de cette charge mais pénalisées par des chutes du toro. Sur la série suivante, le bicho se défend. A gauche, la charge se fait plus courte.  Juan Leal réduit les terrains pour trois séries à droite. Il se fait accrocher à la seconde. Le dernier enchainement à droite est le meilleur de cette partie plus encimiste. Une épée engagée efficace, deux oreilles.

Le troisième, plus léger que les deux précédents, désarme Dorian Canton sur une des premières séries de passes de cape.  Bien mis en suerte au centre, et bien piqué, il prend un puyazo en poussant. Il fait une vuelta de campana. Il est dommage qu’il n’ait pas été remis en suerte pour une seconde rencontre. Le toro est noble et a un excellente corne droite. Il part de loin et fait l’avion sur ce piton. Le torero s’applique et lie deux bonnes séries à droite.

A gauche, le Fuente Ymbro est plus exigeant et le torero a du mal à trouver le sitio. Retour à droite, le toro va à mas. Dorian fait une faena honorable mais, encore vert, il est en dessous du potentiel de son adversaire. La faena tourne court alors que le toro, avec plus de temple, permettait un final plus artistique. L’épée engagée et en place est rapide d’effet, deux oreilles pour le béarnais et vuelta pour le Fuente Ymbro.

Le quatrième, très lourd et charpenté, est suelto. Il n’inspire pas particulièrement Curro Diaz au premier tiers. Il a droit à une forte pique carioquée.  La cuadrilla est en difficulté au second tiers. Début de faena prudent à droite, le toro, juste de forces, fléchit. A gauche, il a très peu de charge. Retour à droite, le torero, plus serein, lie ce qui sera la meilleure série de la tarde. Le torero de Linares a envie de bien faire (et de rejoindre ses collègues pour la sortie à hombros finale). Les muletazos sont plus sincères qu’à son premier mais le Fuente Ymbro, très juste de force, transmet peu d’émotion. Le public « accroche moins ». Un pinchazo prudent précède une entière caîda qui provoque une hémorragie, silence après une pétition d’oreille.

Le cinquième est un solide gaillard. Il prend une pique (rectifiée) sans pousser et, juste de forces, tombe à l’issue du premier tercio. Au troisième il est juste de forces et manque de fond et de race. Il a peu de charge, ne permet pas grand-chose même si on l’oblige. Très rapidement, pour donner de l’émotion à sa faena, Juan Leal réduit les terrains. Même en le toréant de près, à la voix, le Fuente Ymbro de ne transmet pas et la faena ne porte pas sur le public.  Silence après un pinchazo et une entière légèrement tombée.

Le dernier, lui aussi costaud, met bien la tête dans le capote de Dorian Canton.  Il prend un seul puyazo sans pousser et en sortant seul de la rencontre. Première série à droite, le bicho tombe. Sur les suivantes, il fait montre de noblesse en particulier sur la corne gauche. Dorian est à nouveau très appliqué mais le toro, noble mais juste de forces, manque de transmission. En fin de faena, le béarnais réduit les terrains à un bicho qui semble, comme le premier, aller à mas. Peut-être aurait-il fallu lui donner plus de longueur en particulier sur le piton gauche. La faena est appliquée mais manque de cette profondeur dont Dorian avait fait preuve à Aire face aux toros de Valdefresno.  Plusieurs pinchazos, une demie et plusieurs descabellos, silence.

Thierry Reboul

1 Comment

  1. Je lis St sever , la Brede, quelle cata ! Toros âgés (fond de tiroirs) d’un côté, limite de présentation de l’autre, toros qui s’écoulent, ne parlons pas des cornes, il vaut mieux ? Des toreros qui ne s’engagent pas , enfin bref ça ne va pas en s’arrangeant, par contre les prix des places ne sont pas rabotés. ….

Les commentaires sont fermés.