La Brède: non piquée pluvieuse

La novillada non piquée de La Brède organisée par l’association « Fiesta Garona « . la Brède est l’arène la plus au Nord de l’Europe mais de là à avoir une météo quasi scandinave c’est exagéré. Bravo aux organisateurs d’avoir maintenu la novillada, félicitations aux toreros d’avoir bravé les intempéries et au public d’être resté stoique sous la pluie froide et continue du début à la fin du festejo.

Bien présentés les novillos de La Espera ont été nobles mais justes de force. Ceux d’Alma Serena ont été nobles mais exigeants. Juanito a mal tué son premier. On retiendra de sa matinée les dernières séries à son second. Cristiano Torres , très intéressant à son premier, a bien commencé sa faena à son second avant d’opter pour un répertoire plus trémendiste.

Fiche technique
  • Arènes de La Brède , novillada non piquée organisée par Fiesta Garona
  • 2 erales de Alma Serena (2ème , 3ème ) er 2 de La Espera pour
    • Juanito: silence, vuelta
    • Cristiano Torres : silence , un avis et silence
  • Président Antonio Madrid
  • petite entrée , pluie d’un bout à l’autre de la novillada
  • Cristiano Torres est déclaré triomphateur de la course, le prix des organisateurs du Sud-ouest est partagé entre les deux novilleros.
Toro par toro

Le premier (La Espera) remate très fort dans les planches à sa sortie en piste. Il prend un coup en tapant contre un burladero.IL’eral aura du mal à se remettre du choc et tombera à plusieurs reprises. Il met bien la tête dans la cape de Juanito à la réception puis de Christiano Torres lors d’un quite. Juanito le brinde au public. Le toro est noble.  L’élève d’Adour Aficion doit le toréer à mi-hauteur et le laisser respirer entre chaque série. Il construit une faena, essentiellement droitière, tout en douceur avec quelques gestes élégants. Final par redondos, la mise à mort est laborieuse que ce soit avec l’épée ou le descabello, silence

Le second (Alma Serena), costaud, est suelto.  Il saute dans la cape de Cristiano Torres avant que Juanito réalise un bon quite. Après un brindis à un représentant du club taurin d’Arzacq, qui l’a fait débuter, Torres débute sa faena sur la droite.  Le toro est violent et exigeant. Le novillero enchaîne trois séries, la deuxième en allongeant la charge de l’eral. La première série à gauche est pleine de pouvoir et d’élégance.  Après un enchainement brouillon, trois bonnes naturelles Torres finit par de belles manoletinas de rodillas. Un pinchazo une entière caidita et un descabello.,

Le troisième (Alma Serena) est costaud et a de la tête.  Il est noble. Doblones pour commencer la faena, Juanito lie une bonne série à droite. A gauche, il a du mal à trouver le sitio et se fait déborder par son opposant. Plus posé et ayant trouvé le sitio, les trois dernières séries de Juanito à gauche sont plus efficaces et plus élégantes. Vuelta avec pétition après une bonne entière.

Cristiano Torres est un torero largo. Il le prouve dans sa réception du dernier eral (La Espera). Le toro semble s’être blessé à une patte et en sera gêné pendant la faena. Juste de forces, il est noble.  Début de faena spectaculaire par des derechazos de rodilla. Une bonne série à droite, une autre de très belle facture à gauche puis Torrés opte pour une tauromachie plus trémendiste qui n’arrivera pas à réchauffer un public de plus en plus mouillé et transi de froid. La faena et le toro vont à menos. Une demie et un descabello, silence.

A quinze heure il ne pleut plus. En espérant que le proverbe « matinale pluvieuse fait tarde heureuse » ne soit pas que l’invention d’un revistero mouillé et transi de froid.

Thierry Reboul

1 Trackback / Pingback

  1. La Brède: Juan Leal et Dorian Canton à hombros. - TERTULIAS

Les commentaires sont fermés.