ActualitésReseñas

Céret Peñajara, une oreille pour Cortès, blessure de Rafaelillo

La Féria de Céret a débuté par une corrida de Peñajara somme toute décevante. Correctement présentés, sans excès de poids avec un promedio de 510 Kg; ils ont pris dix huit piques mais aucune n’a été une pique cérétane. Souvent ils sont venus au cheval de loin, mais ils l’ont fait en marchant, se freinant et n’ont jamais poussé au contact du fer. Très souvent les piques n’ont été que des picotazos. Au troisième tiers, Certains se sont laissés faire sur les premiers muletazos, mais ils se sont vite réservés et les faenas sont allés à menos. Le quatrième très vite avisé et intoréable a blessé Rafaelillo dès le début de la faena. Le torero est parti à l’infirmerie pour ne pas en revenir. Les troisième et sixième les plus nobles demandaient probablement une tauromachie autre que celle qui leur a été proposée.

Rafaelillo a touché un premier toro qui est vite allé à menos. On ne peut pas le juger sur sa prestation au quatrième.

Alberto Lamelas s’est obstiné à imposé le combat des toros qui n’avaient ni violence, ni caste. Il a mal tué.

Javier Cortes a touché les deux meilleurs toros. Sans démériter, sa tauromachie basée sur des cites de près a étouffé des bichos qui demandaient à être cité de plus loin. Il a coupé une oreille au sixième.

Même si cela peut paraître paradoxal à Céret, les meilleurs moments de la course ont été les seconds tiers. Quatre des banderilleros ont salué après des tercios sincères et parfois risqués.

Fiche technique:
  • Arènes de Céret, première corrida de la Féria 2023. Toros de Peñajara de Casta Jijona pour
    • Rafaelillo : silence, blessure
    • Alberto Lamelas: salut, silence
    • Javier Cortes: salut, oreille
  • dix huit piques, cavalerie Bonjol
  • Alberto Sandoval a reçu le prix du meilleur picador. Il a piqué le troisième toro
  • Victor del Pozo a salué au second, Pablo Gallego au troisième, José Muñoz au cinquièle et Antonio Molina au dernier
  • ciel bleu et chaleur raisonnable
Le reportage photographique de Philippe Gil Mir ⤵️
PSX_20230714_182057
PSX_20230714_182113
PSX_20230714_182009
PSX_20230714_182143
PSX_20230714_183445
PSX_20230714_183503
PSX_20230714_183543
PSX_20230714_183559
PSX_20230714_183633
PSX_20230714_183650
PSX_20230714_183706
PSX_20230714_190056
PSX_20230714_190148
PSX_20230714_190229
PSX_20230714_190420
PSX_20230714_190525
PSX_20230714_192635
PSX_20230714_192650
PSX_20230714_192705
PSX_20230714_192719
PSX_20230714_192737
PSX_20230714_192753
PSX_20230714_192807
PSX_20230714_192841
PSX_20230714_194258
PSX_20230714_194441
PSX_20230714_194601
PSX_20230714_194622
PSX_20230714_194639
PSX_20230714_201436
PSX_20230714_201453
PSX_20230714_201506
PSX_20230714_201535
PSX_20230714_201631
PSX_20230714_201650
PSX_20230714_201703
PSX_20230714_201714
PSX_20230714_201730
PSX_20230714_201748
PSX_20230714_204814
PSX_20230714_204830
PSX_20230714_204912
PSX_20230714_204933
PSX_20230714_205008
PSX_20230714_205032
PSX_20230714_205050
PSX_20230714_205107
PSX_20230714_205336
PSX_20230714_205501
PSX_20230714_205537
previous arrow
next arrow
PSX_20230714_182057
PSX_20230714_182113
PSX_20230714_182009
PSX_20230714_182143
PSX_20230714_183445
PSX_20230714_183503
PSX_20230714_183543
PSX_20230714_183559
PSX_20230714_183633
PSX_20230714_183650
PSX_20230714_183706
PSX_20230714_190056
PSX_20230714_190148
PSX_20230714_190229
PSX_20230714_190420
PSX_20230714_190525
PSX_20230714_192635
PSX_20230714_192650
PSX_20230714_192705
PSX_20230714_192719
PSX_20230714_192737
PSX_20230714_192753
PSX_20230714_192807
PSX_20230714_192841
PSX_20230714_194258
PSX_20230714_194441
PSX_20230714_194601
PSX_20230714_194622
PSX_20230714_194639
PSX_20230714_201436
PSX_20230714_201453
PSX_20230714_201506
PSX_20230714_201535
PSX_20230714_201631
PSX_20230714_201650
PSX_20230714_201703
PSX_20230714_201714
PSX_20230714_201730
PSX_20230714_201748
PSX_20230714_204814
PSX_20230714_204830
PSX_20230714_204912
PSX_20230714_204933
PSX_20230714_205008
PSX_20230714_205032
PSX_20230714_205050
PSX_20230714_205107
PSX_20230714_205336
PSX_20230714_205501
PSX_20230714_205537
previous arrow
next arrow

Toro à toro
Bienpeinado Rafaelillo

Le premier, bien présenté, est applaudi à son entrée en piste. Il remate avec violence contre les burladeros. Bien reçu à la cape par Rafaelillo, il prend une première pique dans l’épaule sans pousser.  Tardo il prend un second puyazo en poussant sur une seule corne.  Remis au   centre , tardo il a le même comportement à la troisième . Le toro est plus violent que brave. Rafaelillo débute sa faena par des doblones appuyés. Le toro, trop piqué, est juste de forces. Après une bonne série à droite, le torero le laisse souffler. Par la suite, le Peñajara se réserve .Le bicho passe mieux à droite qu’â gauche. Après une tentative de lui tirer des naturelles, le toro s’éteint et Rafaelillo abrège les débats. L’entrée à matar est prudente. L’épée résulte en avant et légèrement tombée,  un descabello suffit. Silence

Santanero Alberto Lamelas

Alberto Lamelas reçoit le second par une larga. Le toro se retourne vite. Il prend une première pique en se défendant. Sans pousser,   venant au pas il se défend et sort seul des deux suivantes. Le toro au sortir de ce premier tercio n’a plus de charge. Victor del Pozo salue après une bonne paire de banderilles. A droite, le toro se défend. A gauche idem. Lamelas recule à chaque passe. Il finit par lier une bonne série de naturelles. Ce sera la seule de la faena. Le toro, soso, est court de charge. Lamelas s’acharne à lui imposer une tauromachie de bagarre totalement inadaptée. Le torero s’engage à la mort mais pinche à la première tentative. Un avis sonne. A la seconde entrée à matar, l’épée est basse. Salut

Cangrejero Javier Cortes

Le troisième est applaudi à son entrée en piste car bien armé . Il met bien la tête dans la cape de Javier Cortès. Il prend une première pique légère. Au centre il vient avec alegria mais ne pousse pas lors du second picotazo. Mis loin il revient au pas pour un prendre picotazo sans s’employer. Pablo Gallego salue après une bonne paire de banderilles. Le toro est noble . A droite Cortes toréé à mi-hauteur. Il raccourcit la charge du toro qui est venu de loin au premier tiers. A gauche il le toréé de trop près et étouffe un bicho qui finit par s’éteindre. L’épée entière est trasera et efficace. Salut

Ecuador Rafaelillo

Le quatrième est lui aussi joli .i il est court de charge. Il prend trois mauvaises piques sans s’employer. Rafaelillo le double et le met au centre de la piste. Il se fait désarmé sur un derechazo. Violent le Peñajara lui donne un coup de corne sous l’aisselle. Le torero part à l’infirmerie pour ne plus revenir. Lamelas prend les trastos et tue d’une mete y saca prudente et un bajonazo.Silence

Siguinelo Alberto Lamelas

Le cinquième est anovillado et est protesté par une partie du public. Il prend deux piques sans pousser mais en venant avec alegria. Nouveau salut de José Muñoz pour une excellente paire de banderilles. Alberto Lamelas débute par des cambiadas. Sur les deux pitons le toro se défend plus qu’il ne charge.  Lamelas parvient à arracher à un toro quasi parado une bonne naturelle.  Le bicho est éteint et décomposé. Le torero joue la corde trémendiste. C’est sans grand intérêt car le toro ne transmet aucune émotion. Lamelas pinche à plusieurs reprises.  La mise à mort est laborieuse et Alberto Lamelas entend un avis avant que le toro ne tombe. Silence

Panceto Javier Cortes

Le sixième est joliment armé. Aussi léger que le précédent, il est mieux accepté par le public car il est plus fait et a une armure respectable. Il met bien la tête dans la cape de Javier Cortes. Il prend quatre picotazos en venant avec alegria mais sans s’employer sous le fer. Le toro rémate aux burladeros en poursuivant les banderilleros.

Antonio Molina salue après une paire dans le berceau risquée. Le toro est noble et permet à Cortes de lier deux bonnes séries à droite.  A gauche le toro s emploie bien que cité de trop près.  Le torero s’obstine à vouloir réduire les distances. Il arrive à porter ainsi sur le public mais étouffé, le toro va à menos. est de même à droite pour la suivante. Cortés s’engage et met 3/4 de lame plate qui s’avère efficace. Le public réclame une oreille que la présidence finit par accorder

Thierry Reboul

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics