Mont de Marsan : Trois oreilles pour Luque en ouverture des Fêtes de la Madeleine.

La Madeleine est revenue. Daniel Luque a coupé trois oreilles pour cette ouverture de la Madeleine 2022. Les Victoriano et Toros de Cortes ont manqué de force et du piquant qui caractérisent cette ganaderia. Cet élevage est capable du très bon et comme aujourd’hui du passable. Ferrera, a son premier, a fait du Ferrera mais le toro manquait de transmission et il a mal tué. Il n’y avait pas grand chose à tirer du quatrième.

Le second décasté n’a pas permis non plus à Diego Urdiales de s’exprimer. Daniel Luque est un grand torero , un vrai professionnel mais il lui faut des adversaires à la hauteur de ses capacités et de son talent. Cela n’a pas été le cas aujourd’hui. Le torero de Gerena sait faire avec ce type de toros sans race mais on vient le voir pour autre chose. Heureusement que le public est « luquéphile ».

Fiche Technique
  • Arènes du Plumaçon: Mont de Marsan, 1ère corrida des Fêtes de la Madeleine
  • 6 toros de Victoriano del Rio , justes de forces et manquant de transmission.
    • Antonio Ferrera silence , silence
    • Diego Urdiales silence, un avis et une oreille.
    • Daniel Luque deux oreilles, une oreille
  • Salut de Raul Caricol au troisième et de Juan Contreras et Alberto Zayas au sixième
  • 12 piques, une chute, cavalerie Bonijol
  • Président : Jacques Grué
  • Temps chaud
  • 9/10 ème d’arène
Le reportage photos de Philippe Latour ⤵️
@DSC1339
@DSC1359
@DSC1365
@DSC1396
@DSC1401
@DSC1416
@DSC1453
@DSC1461
@DSC1469
@DSC1512
@DSC1517
@DSC1523
@DSC1536
@DSC1547
@DSC1556
@DSC1560
@DSC1585
@DSC1592
@DSC1628
@DSC1643
@DSC1670
@DSC1675
@DSC1681
@DSC1692
@DSC1698
@DSC1725
@DSC1736
@DSC1757
@DSC1770
@DSC1797
@DSC1810
@DSC1817
previous arrow
next arrow
@DSC1339
@DSC1359
@DSC1365
@DSC1396
@DSC1401
@DSC1416
@DSC1453
@DSC1461
@DSC1469
@DSC1512
@DSC1517
@DSC1523
@DSC1536
@DSC1547
@DSC1556
@DSC1560
@DSC1585
@DSC1592
@DSC1628
@DSC1643
@DSC1670
@DSC1675
@DSC1681
@DSC1692
@DSC1698
@DSC1725
@DSC1736
@DSC1757
@DSC1770
@DSC1797
@DSC1810
@DSC1817
previous arrow
next arrow

Toro a toro

Le premier est écarté par le champion de France, Cyril Dunouau, qui se fait prendre par le toro. Le bicho est un joli sardo, juste de forces. Antonio Ferrera scénarise le premier tiers à contre sens de la lidia. Il place le Victoriano trop loin, le toro marche jusqu’à être à sa distance de charge. Violent, il renverse le cheval à la première pique. Ferrera récidive à la seconde rencontre. Le Victoriano vient au pas et sort seul.

Bonne paire de banderilles de Fernando Sanchez, le torero de Badajoz brinde à Cyril. Début de faena par le bas, la première série, à droite, est sur le pico . La seconde est un peu plus sincère de même que la première à gauche. Le toro est faible mais aussi décasté. Il part aux planches et y retourne dès que Ferrera l’oblige. Un pinchazo précède une entière basse, silence pour une faena superficielle à un toro manquant trop de forces pour donner de l’émotion.

Le second, presque 6 ans, est léger et a les pointes abîmées. Il est protesté. Juste de forces, il met les reins à la première rencontre. Diego Urdiales le met en suerte pour une pique light. Brindis à Juan Bautista, le toro va aux planches dès la première série à droite. Urdiales essaie de le remettre au centre il s’échappe de nouveau. Rien à en tirer Diego prend rapidement l’épée. Pinchazos, entière basse et en avant , silence, pitos pour le toro.

Le troisième est un des derniers Toros de Cortes. Bien mis en suerte; il est peu et mal piqué. Raul Caricol salue après deux bonnes paires de banderilles. Daniel Luque brinde au public Le toro semble noble. Le début de faena est élégant et templée. Très vite, on se rend compte que le bicho n’a pas grand chose à proposer au torero. Luque, comme à Pampelune, sort la faena « 2 bis » complètement adapté à ce type d’animal. Il fait plus du Andrès que du Daniel. Mais comme le torero est très professionnel et qu’il a une certaine aura , le public apprécie. Le toro va à menos, une bonne série à gauche et des luquesinas, avant .une entière efficace ,deux oreilles (généreuse la seconde) tombent du palco .

Le quatrième ,lui aussi de Cortes, est mal mis en suerte par Antonio Ferrera. Il est mal piqué à deux reprises, Pitos pour le piquero. Le toro est faible, début par le bas, comme au premier , Ferrera toréé sur le pico. Le toro n’a pas de charge. A gauche il n’a pas plus de potentiel et de transmission. Le Cortes s’éteint rapidement. Vilaine épée contraire et en avant, descabello et tout se termine par un silence pour le torero, et des sifflets pour le toro.

Le cinquième, Victoriano est un joli burraco . Il est abanto. Bien mis en suerte par Diego Urdiales, il prend deux piques sans s’employer. Le diestro brinde au public. Début par doblones puis naturelles à un toro faible. Bonne série à droite mais le Victoriano fléchit . A nouveau , un bon enchaînement de derechazos, le toro est noble mais manque de transmission. A gauche, c est la même chose. Heureusement Urdiales torée, même s’il ne se croise pas, avec une très grande classe. Le final à droite est plus accroché le toro étant allé à menos. Entière légèrement tombée, descabello, une oreille .

Le sixième, est le mieux présenté du lot. Il humiliie bien à sa sortie du toril. Il prend deux piques et pousse un peu à la seconde. Salut de Juan Contreras et Alberto Zayas . Le toro est juste de forces. Débuts à mi hauteur, le Victoriano manque de charge . Passe à passe tristounet à droite, à gauche le Victoriano est aussi deslucido que sur l’autre piton. Le torero domine mais on s’ennuie car le toro, décasté, est bien en dessous du potentiel de Daniel Luque. Bonne épée entière, une nouvelle oreille tombe, soit!!!!

Thierry Reboul

2 Comments

  1. 4 oreilles pour une corrida de chèvres! Mont-de-Marsan démarre fort; avec Grué à la présidence il ne pouvait en être autrement.
    Beñat

Les commentaires sont fermés.