Saint Sever Concerto en Luque majeur.

La météo automnale de ce 26 juin a pénalisé la taquilla de la seconde corrida des Fêtes de Saint Sever. La pluie s’est arrêtée avant la course permettant à celle-ci de se dérouler. Les spectateurs présents ont fini par oublier la froidure et l’humidité quand Daniel Luque, au son du Concerto d’Aranjuez, a commencé,face au quatrième, une faena exceptionnelle mêlant domination, élégance et beauté artistique. Deux oreilles largement méritées ont récompensé ce grand moment de tauromachie. Une expression revenait comme un leitmotiv dans les discussions à la sortie des arènes: ‘Quel torero, il a été énorme ». Thomas Dufau et Juan Leal se sont appliqués face à des toros de La Ventana del Puerto et du Puerto de San Lorenzo nobles, mais justes de forces,. Ils ont failli avec les aciers.

Fiche technique
  • Arènes Henri Capdeville à Saint Sever, seconde corrida des Fêtes 2022
  • 5 toros de La Ventana del Puerto et un du Puerto de San Lorenzo (3ème) nobles mais justes de forces pour
    • Daniel Luque: silence, deux oreilles
    • Thomas Dufau: salut au tiers, silence (deux avis)
    • Juan Leal : salut au tiers, silence (un avis)
  • neuf piques, une chute, cavalerie Bonijol
  • salut de Raul Cariscol et Alberto Zayas au quatrième
  • Président Miguel Telleria , deux tiers d’arènes, pluie avant et après la course.
Le reportage photos complet de Philippe Latour ⤵️
@DSC7619
@DSC7648
@DSC7657
@DSC7679
@DSC7694
@DSC7701
@DSC7703
@DSC7720
@DSC7740
@DSC7762
@DSC7771
@DSC7775
@DSC7787
@DSC7812
@DSC7821
@DSC7864
@DSC7869
@DSC7877
@DSC7892
@DSC7901
@DSC7912
@DSC7915
@DSC7920
@DSC7921
@DSC7939
@DSC7944
@DSC7950
@DSC7987
@DSC7993
@DSC7997
@DSC8013
@DSC8029
@DSC8038
@DSC8041
@DSC8045
@DSC8049
@DSC8053
@DSC8084
@DSC8086
@DSC8089
@DSC8111
@DSC8119
@DSC8121
@DSC8141
@DSC8148
@DSC8175
@DSC8203
@DSC8208
@DSC8215
@DSC8224
@DSC8258
previous arrow
next arrow
@DSC7619
@DSC7648
@DSC7657
@DSC7679
@DSC7694
@DSC7701
@DSC7703
@DSC7720
@DSC7740
@DSC7762
@DSC7771
@DSC7775
@DSC7787
@DSC7812
@DSC7821
@DSC7864
@DSC7869
@DSC7877
@DSC7892
@DSC7901
@DSC7912
@DSC7915
@DSC7920
@DSC7921
@DSC7939
@DSC7944
@DSC7950
@DSC7987
@DSC7993
@DSC7997
@DSC8013
@DSC8029
@DSC8038
@DSC8041
@DSC8045
@DSC8049
@DSC8053
@DSC8084
@DSC8086
@DSC8089
@DSC8111
@DSC8119
@DSC8121
@DSC8141
@DSC8148
@DSC8175
@DSC8203
@DSC8208
@DSC8215
@DSC8224
@DSC8258
previous arrow
next arrow
Toro a toro

La pluie arrêtée, la piste refaite. La seconde corrida des Fêtes de Saint Sever peut commencer par un toro de La Ventana del Puerto qui s’explose la pointe des cornes en les plantant dans le sable. A plusieurs reprises le toro amorce ou fait des vueltas de campana. A chaque fois son état physique se détériore jusqu’à être quasi invalide. Daniel Luque, qui l’a économisé à la pique (une seule rencontre) l’entreprend sur le piton droit à mi-hauteur , le toréant en douceur. Le torero est furieux contre le président qui n’a pas sorti le mouchoir vert.  Il n’avait aucune raison règlementaire pour le faire. Luque construit un faena très élégante, avec de belles attitudes mais qui restera une faena d’infirmier. Le toro tombe à chaque fois que e diestro l’oblige un tant soit peu. Silence après ¾ de lame basse.

Le second Ventana del Puerto, bizco, plus costaud que le précédent est lui aussi juste de forces. Il prend une pique, cheval contre les planches, trop forte et trop longue. Thomas Dufau le brinde au public. Début de faena par trois cambiadas au centre de la piste et un pecho. Le toro est noble et vient de loin pour les trois séries de derechazos suivantes. La meilleure est la seconde. Le public soutient le torero qui prend la main gauche. Les deux enchaînements de naturelles sont brouillons. Retour à droite, le toro est de plus en plus soso et va, progressivement, dans les tablas. Final par luquesinas à un bicho qui est allé à menos, Thomas Dufau s’engage pour une épée immédiatement retiré car très basse mais qui sera pourtant efficace. Silence pour le torero qui a perdu toutes possibilités de trophées avec cette estocade.

Le troisième, le seul Puerto de San Lorenzo du lot, avertit Juan Leal sur sa corne gauche dès les premiers capotazos. Une seule rencontre le piquero, qui lève le palo trop vite, est envoyé au tapis et reste coincé sous le cheval. L’arlésien commence sa faena par des cambiadas de rodillas suivies de deux pechos.  Le toro est noble, limite soso, mais juste de forces. Il tombe si on l’oblige par le bas. Juan Leal enchaîne trois séries à droite et une à gauche. Il met de la distance pour citer et guide la charge.  Le torero raccourcit ensuite la charge pour une fin de faena plus trémendiste qui porte sur le public. Le toro finit par partir aux planches. Un pinchazo suivi de ¾ de lame efficace mais très basse, salut au tiers.

Le quatrième, La Ventana del Puerto, bien charpenté et « bonito de cara » est reçu avec classe par un Daniel Luque qui est plus que motivé. Le toro vient deux fois au cheval mais sort seul au simple contact du fer. Le premier tercio se termine par un simple picotazo. Bon quite par chicuelinas de Daniel Luque, Quand le maestro a envie de triompher, toure la cuadrilla s’applique.   Salut de Raul Cariscol et Alberto Zayas après un très bon second tercio. Le toro est manso et part se réfugier au toril. Le maestro va le chercher dans ce terrain pour l’amener au centre du ruedo.  Luque, qui a brindé au public, commence sa faena à droite par trois séries relâchées, dominatrices, dans le sitio parfait mais en faisant toucher la muleta.

Le torero de Gerena prend alors la main gauche. A partir de cet instant, au son du Concerto d’Aranjuez, la faena atteindra les sommets. Sommet de domination, le toro manso et querencioso est soumis. Sommet de temple et de précision, chaque muletazo est dans le bon tempo. Aucun geste inutile, tout est au service du dominio. Sommet de classe, d’élégance, de classe et de relâchement, Luque est dominateur mais tous ses gestes, ses muletazos sont beaux et émouvants.  Sommet d’expression théâtrale et artistique, Luque interprète une partition. Tout est construit, au-delà de l’efficacité taurine, pour communier avec le public en harmonie avec la musique. C’est du grand art. Les dernières séries à gauche et les luquesinas finales sont extraordinaires, l’estocade portée avec engagement est fulminante. Deux oreilles, ainsi torée le Maestro Daniel Luque.

Difficile de passer après un tel moment, Thomas Dufau reçoit avec efficacité un Ventana del Puerto à l’armure plus ouverte que les précédents.  Le toro prend deux bons puyazos avec bravoure. Le picador Laurent Langlois est applaudi à sa sortie de piste. Le landais brinde à Daniel Luque. Début de faena par doblones, le torero a du mal à trouver le bon sitio.  Les séries suivantes à droite sont appliquées mais manquent de transmission. A gauche, Thomas Dufau ne pèse pas sur le toro qui cherche de plus en plus à sortir de la passe pour partir vers les planches. Final plus trémendiste, la mise à mort est laborieuse .Le toro est difficile à fixer, la demie est longue à faire effet et nécessite l’usage du descabello, silence.

Le sixième, La Ventana del Puerto, juste de forces, prend un puyazo en poussant. Juan Leal se fait accrocher la muleta par un toro violent en début de faena. L’arlésien construit une faena classique, appliquée et sincère. Les meilleurs moments en sont les naturelles données muleta très basse. L’ensemble est méritoire mais manque d’émotion parce que le toro, faible, ne transmet pas grand-chose. Quelques muletazo, sur un terrain réduit, avant une entière longue à faire effet.

La pluie qui nous avait laissés tranquille pendant la corrida se remet à tomber alors que Daniel Luque sort par la Grande Porte des arènes de Saint Sever. Prochain rendez-vous avec le torero de Gerena aux Fêtes de la Madeleine avent de le retrouver pour son solo dacquois qui pourrait être un des sommets de la temporada.

Thierry Reboul

3 Comments

  1. Luque qui se plaint de son premier ? Les cornes qui explosent ? Les toros faibles ? Qui ne supportent pas les piques ? Relativiser ces triomphes à la noix, la fin de la vrai corrida grâce au mundillo, on y va tout droit !!!

    • Oui…en effet , le Maestro Luque se plaint au Président de son premier Toro, » muy mal presentado » et aux pitons  » douteux » , bref pourquoi le président ne le change pas après le simulacre de puyas …?
      Ce lot était faible dans son ensemble !

  2. Luque est effectivement surcôté dans le sud-ouest; très souvent profilé…ça sent l’indulto à Dax

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Saint Sever vidéos du week-end taurin . - TERTULIAS
  2. Daniel Luque : J’ai réussi des choses… Mais il m’en reste encore beaucoup!  - TERTULIAS

Les commentaires sont fermés.