Méjanes : un Festival caritatif réussi.

En avant propos

Ce qui est essentiel pour un Festival caritatif, c’est qu’il y ait du monde sur les gradins et le premier objectif a été atteint. Il est important que les toros donnent du jeu, que les toreros prennent plaisir à toréer et que le public passe un bon moment . Le deuxième objectif a lui aussi été atteint.

En ces temps difficiles pour notre Culture, il est nécessaire de répondre à nos détracteurs. Malgré les actions de » l’alliance anti corridas » auprès des Hôpitaux d’Arles et de Nîmes, le quotidien des enfants malades sera amélioré grâce à l’action menée par Marc Serrano et son association. Autre pied de nez à nos adversaires. les tauromachies sont solidaires. Trois raseteurs et pas des moindres ont participé au Festival. Belkacem Bennhammou, vainqueur du Trophée de l’Avenir, et le tourneur Cédric Mirallès ont bandérillé. Le toro de réserve a été lidié par Joachim Cadenas, la star actuelle du raset.

A l’issue du paseo, le comédien Yannis Ezziadi et Rudy Ricciotti, le parrain du festival, ont pris la parole pour défendre la tauromachie. Marseillaise et Coupo Santo ont été jouées par la Peña.

Le festival en quelques lignes.

Tous offerts par les éleveurs, les bichos ont offert à des degrés divers des possibilités aux toreros. Le Cuillé et le Blohorn, primés d’une vuelta, ont été excellents. Le Margé a été très noble. Le Gallon et le Pagès Mailhan ont un peu manqué de fond. Le Tardieu a été le partenaire idéal pour Ayala le cavalier mexicain qui a ouvert les débats. L’eral d’El Campo est sorti compliqué.

Face à un excellent Blohorn, Gomez del Pilar, à la tauromachie élégante et variée , a été le triomphateur de la tarde. Marc Serrano et Lalo de Maria ont coupé deux oreilles après des faenas très intéressantes face à des toros pleins de noblesse. Uceda Leal, moins bien servi au sorteo, a montré en particulier en fin de faena qu’il était un torero « profond ». Clément Hargous, avec un eral compliqué, a fait ce qu’il a pu. Joachim Cadenas, qui avait raseté l’après-midi à Saint GIlles, a montré qu’il était un excellent practico. Cuauhtémoc Ayala est un rejoneador plein d’enthousiasme et d’envie. Son Tardieu a pardonné quelques erreurs et lui a permis de réaliser, entre autres, un très bon quiebro et un bon cuarteo.

Fiche technique
  • Arènes du Domaine de Méjanes , Festival organisé par l’association « Un toro pour un rève d’enfant« 
  • Reses dans l’ordre de sortie en piste de Tardieu, Gallon, Cuillé, Blohorn, Margé, El Campo et Pagès Mailhan pour
    • Cuauhtémoc Ayala: une oreille
    • Uceda Leal: une oreille
    • Marc Serrano : deux oreilles
    • Gomez del Pilar: deux oreilles et la queue
    • Lalo de Maria : deux oreilles
    • Clément Hargous: une oreille
    • Joachim Cadenas: deux oreilles
  • Vuelta des toros de Cuillé et Blohorn
  • Sept piques cavalerie Heyral
  • Vuelta de Dominique Cuillé au troisième et de Patrick Alarcon (mayoral de Blohorn) au quatrième
  • Président: Gilles Raoux
  • Décoration des arènes par Stanislas Blohorn
  • Plus de 600 personnes
  • Douceur d’un été indien tardif au pays de Mireille
Le reportage photographique de Philippe Latour ⤵️
@DSC6364
@DSC6376
@DSC6385
@DSC6425
@DSC6473
@DSC6491
@DSC6501
@DSC6531
@DSC6543
@DSC6549
@DSC6567
@DSC6573
@DSC6588
@DSC6629
@DSC6632
@DSC6656
@DSC6677
@DSC6705
@DSC6713
@DSC6724
@DSC6724NB
@DSC6769
@DSC6774
@DSC6821
@DSC6835
@DSC6840
@DSC6845
@DSC6849
@DSC6867
@DSC6869
@DSC6893
@DSC6911
@DSC6918
@DSC6939
@DSC6944
@DSC6952
@DSC6959
@DSC6966
@DSC6975
@DSC6995
@DSC7016
@DSC7044
@DSC7076
@DSC7095
@DSC7106
@DSC7123
@DSC7136
@DSC7150
@DSC7165
@DSC7167
@DSC7172
@DSC7192
@DSC7207
@DSC7237
@DSC7257
@DSC7267
@DSC7273
@DSC7286
@DSC7295
@DSC7322
@DSC7323
previous arrow
next arrow
@DSC6364
@DSC6376
@DSC6385
@DSC6425
@DSC6473
@DSC6491
@DSC6501
@DSC6531
@DSC6543
@DSC6549
@DSC6567
@DSC6573
@DSC6588
@DSC6629
@DSC6632
@DSC6656
@DSC6677
@DSC6705
@DSC6713
@DSC6724
@DSC6724NB
@DSC6769
@DSC6774
@DSC6821
@DSC6835
@DSC6840
@DSC6845
@DSC6849
@DSC6867
@DSC6869
@DSC6893
@DSC6911
@DSC6918
@DSC6939
@DSC6944
@DSC6952
@DSC6959
@DSC6966
@DSC6975
@DSC6995
@DSC7016
@DSC7044
@DSC7076
@DSC7095
@DSC7106
@DSC7123
@DSC7136
@DSC7150
@DSC7165
@DSC7167
@DSC7172
@DSC7192
@DSC7207
@DSC7237
@DSC7257
@DSC7267
@DSC7273
@DSC7286
@DSC7295
@DSC7322
@DSC7323
previous arrow
next arrow

Toro à toro

Le Tardieu, qui ouvre les débats, est un toro haut et costaud. Cuauhtémoc Ayala après une bonne réception lui pose, en deux passages, un rejon de castigo qui ralentit sa charge. L’exubérant cavalier mexicain connaît des fortunes diverses avec les banderilles. Le toro, avec sa charge lente, pardonne quelques fautes de placement. Les quatrième et sixième banderilles sont les meilleures de la faena. Ayala termine par une paire à deux mains et un rejon de muerte, en deux temps, tombé mais efficace. Le mexicain coupe la première oreille de la tarde.

Le second est un joli toro des frères Gallon. Juste de forces, il est peu piqué. Uceda Leal commence sa faena par des doblones. Le bicho est brusque et fléchit si on l’oblige par le bas. Le madrilène le torée à mi-hauteur, passe à passe, au début par naturelles. Il finit sa faena à droite. Malgré un adversaire qui manque de transmission, Leal lie quelques muletazos pleins de classe et de profondeur en particulier sur la fin. Il coupe une oreille après ¾ de lame basse et un descabello.

Le troisième sort avec beaucoup de gaz. Bien reçu à la cape par Marc Serrano Il prend une seule pique. Le nîmois partage les palos avec le raseteur Belkacem Bennhammou et Gomez dle Pilar. Le Cuillé, un peu juste de forces , est d’une très grande noblesse. Après avoir brindé à Rudy Ricciotti, Marc enchaîne quatre bonnes séries à droite. La première série de naturelles est un peu plus heurtée. La seconde est meilleure même si le toro se livre moins sur cette corne. Marc Serrano , après un pinchazo à la rencontre, tue d’une entière tombée , rapide d’effet. Vuelta pour le toro, deux oreilles pour le torero qui invite Dominique Cuillé, la ganadera, à l’accompagner pour son tour de piste.

En quatrième sort un Blohorn tout à fait dans le type de la ganaderia. Gomez del Pilar le reçoit par de belles véroniques et une demie de rodillas en lâchant le capote. Le bicho prend une pique en poussant. A la muleta, il a une corne droite exceptionnelle. Le madrilène en profite en le faisant venir de loin. Le toro met la tête. Gomez del Pilar le torée avec temple et élégance. Il prend la main gauche, le toro permet un peu moins sur ce piton. Le torero continue sa faena avec des séries où il alterne les deux cornes . Les deux acteurs vont « à mas ».  Le final varié est superbe, et le torero coupe deux oreilles et la queue après une entière efficace. Mouchoir bleu pour le toro et le matador invite Patrick Alarcon, le mayoral de Blohorn, à l’accompagner lors de son tour de piste.

Lalo de Maria reçoit, le cinquième, un joli Margé, par des largas de rodillas. Une seule pique, le toro est très bien banderillé par Angel Otero et Marc Monnet.  Le toro manque un peu d’alegria mais il est noble. Le jeune novillero exploite les qualités du bicho en guidant parfaitement la charge. Cela donne des muletazos templés , qui pèsent tout en aidant l’animal .  Lalo, que l’on va probablement voir souvent en 2023, a un vrai potentiel . Il a encore à travailler la posture mais il a « une main » ( à droite et à gauche) exceptionnelle. Il coupe deux oreilles après une entière basse et efficace.

Le sixième, un eral d’El Campo, prend une pique symbolique (avec la puya de tienta). Clément Hargous débute sa faena par des cambiadas. Faible et compliqué, le novillo se retourne vite et cherche l’homme derrière la muleta. Le torero girondin s’arrime, essaie mais le bicho va rapidement à menos. Après un pinchazo Clément s’engage pour une bonne entière. Une oreille vient récompenser le courage et l’application du jeune torero.

Reste dans le toril, le réserve, un Pagès-Mailhan.  Par amitié pour Marc Serrano, et pour les enfants, le raseteur Joachim Cadenas, qui vient de raseter à Saint Gilles, est venu assister à la fin du Festival. Le matador nîmois lui propose de toréer et de tuer le septième bicho de l’après-midi.  C’est donc en tenue blanche que ‘l’as du crochet » reçoit à la cape le « toro de regalo » . Le Pagès-Mailhan prend une pique en poussant. Chico Leal, Belkacem Bennhamou et Cédric Mirralès, le tourneur de Joachim, le banderillent . Cadenas est un excellent practico. Le toro est compliqué, mais le raseteur-torero construit une faena appliquée, méritoire avec des derechazos excellents. Il coupe deux oreilles après un bonne estocade.

Ovation de despedida pour l’ensemble des acteurs . Rendez-vous est pris, en 2023, pour le prochain festival au bénéfice de l’association « Un toro pour un rêve d’enfant ».

Thierry Reboul