Alès: « une Féria, hommage à Philippe Cuillé. » interview de Didier Cabanis.

Tertulias a rencontré Didier Cabanis, directeur des arènes d’Alés, qui a bien voulu répondre à nos questions et présenter la féria de la cité cévenole.

Tertulias : « Comment est née la Féria d’Alès? »

Didier Cabanis : « Cette féria a vraiment démarré dans les années 80. Au départ ce sont des aficionados toristes qui ont monté une corrida. Petit à petit ils ont installé une, puis deux, puis plusieurs bodegas. La Féria a alors explosé tout en gardant sa spécificité. Elle a aujourd’hui pris sa place dans le calendrier des évènements taurins toristes. Même en Espagne, elle commence à être connue. Certains toreros disent que couper des oreilles à Alès, cela sert.  Rapidement la gestion des arènes s’est structurée. C’est devenu une DSP. Se sont succédés à la tête Jalabert, Palha, Callet et nous maintenant depuis 9 ans. Nous espérons fêter les 10 ans en 2023. »

Tertulias : « Qu’est-ce qui différencie cette féria ? »

Didier Cabanis :La Féria d’Alès est une féria familiale même si aujourd’hui elle a pris de l’ampleur. Il y a un programme festif très complet. Aux arènes, il y a des spectacles camarguais et espagnols. Dans les rues, plusieurs animations sont proposées dont un très beau concours d’abrivado le jeudi, des encierros dans le Gardon, la course de chevaux le vendredi, la Pégoulade , une messe camarguaise et une flamenca, des vachettes,  des animations musicales et deux boulevards pleins de bodega.

La mairie nous aide au plan logistique, technique et pour la communication. Le maire d’Alès, Max Roustan, soutient la tauromachie. Il n’est pas du tout aficionado, mais contrairement à d’autres, il la soutient contre vents et marées.  C’est une valeur très importante et un comportement exemplaire.

Tertulias : « Qui vient à Alès ? »

Didier Cabanis : « Depuis quelques années, les hôtels sont pleins. Il vient des gens de partout. On a des réservations du Sud-Est, du Sud-ouest mais aussi de toute la France, de Belgique, de Suisse. De plus en plus des personnes viennent de loin. C’est pourquoi nous avons mis la corrida de dimanche à 11 heures pour leur permettre de rentrer chez elles plus tôt. Alès est excentrée, il faut 45mns pour rejoindre la gare de Nîmes la plus proche. C’était donc compliqué de prendre un train après la corrida du dimanche.   On s’est rendu compte que beaucoup de gens ne venaient pas pour cela. On fait un test cette année.

Tertulias : « Quel est le programme taurin de l’édition 2022

Didier Cabanis :  « Le jeudi on démarre avec un gros plateau course camarguaise. Il y aura un concours de manades comptant pour le Trophée des As, Trophée Gédibois et de la Ville d’Alès. A l’affiche quelques uns des meilleurs bious du moment qui seront rasetés entre autres par Joachin Cadenas, le raseteur qui déplace le plus de public actuellement. On espère que ce sera un grand moment comme chaque année le jeudi de l’Ascension. Le soir, il y aura un toro-piscine pour amuser toute la jeunesse. Cette année, le vendredi on a monté un peu de gamme car on organise un concours de manades comptant pour le Trophée de l’Avenir. »

Tertulias : « Et pour la tauromachie espagnole ? »

Didier Cabanis :  « On enchaine le samedi matin avec une novillada non piquée. Nous avons décidé de reconduire les trois élevages présentés l’année dernière au mois d’Août. La course avait été extraordinaire avec 6 très bons novillos. Il y avait 450 entrées ce qui est bien dans le Sud-est. Sortiront donc un eral de la Ganaderia San Sebastian, un de La Suerte et un de Barcelo, le fer  qui a gagné le prix du meilleur novillo en 2021. On a rajouté un eral de François André qui avait joué de malchance deux années de suite avec des toros qui se sont blessés à la sortie des chiqueros. Face à eux, il y aura le triomphateur de l’an passé Clément Hargous puis Nino Julian, Rafael Ponce de Leon et un mexicain Javier Campos, élève de l’Ecole Taurine de Valencia    .

Tertulias : « Pourquoi 4 erales et un paseo à 10h45 ? »

 Didier Cabanis : « Cette journée est une journée particulière. Un hommage va être rendu à Philippe Cuillé . C’était un grand ami et un grand Monsieur de la Tauromachie. Une plaque va être dévoilée aux arènes pour lui rendre hommage. Nous avons dimensionné et organisé la matinée de samedi pour que les aficionados puissent assister à cette cérémonie, aller déjeuner et être aux arènes à 17h30 pour la corrida de l’après-midi.

Tertulias : « De quel fer seront les toros de cette corrida ? »

Didier Cabanis  Ce sera  une corrida de la ganaderia Cuillé. Depuis qu’il nous a quitté, j’attendais d’avoir un lot complet de son élevage avec une présentation pour Alès pour faire une journée en l’Honneur de ce grand Monsieur. On verra comment elle sortira, mais la présentation des toros de Dominique Cuillé est irréprochable. Ce sera la première corrida formelle intégrale de ce fer. Pour combattre cette corrida, le chef de lidia sera Alberto Lamelas. Alberto a demandé à lidier cette course parce qu’il veut rendre hommage à Philippe Cuillé qui était un de ses amis. Esau Fernandez sera présent car il a été le triomphateur de la corrida de 2021. Pour fermer le cartel, il y aura un matador français, Tibo Garcia. C’est un torero pour lequel je pense qu’à un moment, il va se passer quelque chose et j’espère que ce sera lors de cette course. »

Tertulias : « Quel est le programme du dimanche ? »

Didier Cabanis : « Le dimanche, à 11h, ce sera une corrida du Curé de Valverde, ganaderia qui fêtera ses quatre-vingts ans. Pour cette course, Sanchez Vara sera chef de lidia. Ce torero expérimenté et très bon lidiador s’imposait à ce poste pour ce genre de corrida. Ensuite, il y a le colombien Sébastian Ritter. Je le suis depuis plusieurs années. Cela fait deux ans que j’hésitais à le mettre. C’est lui qui a voulu se positionner sur cette course. Il ne va pas à la San Isidro cette année et pour lui ce sera sa « course de Madrid ». Pour fermer le cartel, il y aura un autre français car on a toujours voulu donner des opportunités aux toreros nationaux. Ce sera Maxime Solera. »

Tertulias : « Qu’est ce qui fera que les organisateurs seront contents à l’issue de ces trois spectacles taurins ? »

Didier Cabanis : « On sera contents si la fréquentation est bonne. Je pense que la tauromachie a besoin de cela. Si on veut continuer à être soutenu, il est nécessaire que les arènes se remplissent.

Ensuite, la présentation et la qualité du bétail est un critère important pour nous.

Troisième critère de satisfaction, c’est que les toreros puissent couper des oreilles car aujourd’hui c’est reconnu quand on coupe des trophées à Alès. »

Toros de Valverde
Toros de Cuillé

Merci à Didier Cabanis et rendez-vous à Alès dès le jeudi de l’Ascension. Tertulias sera sur place pour rendre compte des deux corridas et de la novillada.

La réservation pour les spectacles taurins de la Féria   par téléphone au 06 27 60 77 70. Location à compter du 2 mai, jusqu’au 25, à l’hôtel Campanile, place des Martyrs. (06 27 60 77 70.). Préreservation en ligne en cliquant ici.

Propos recueillis par Thierry Reboul

2 réflexions sur “Alès: « une Féria, hommage à Philippe Cuillé. » interview de Didier Cabanis.

Commentaires fermés.

Verified by ExactMetrics