ActualitésReseñas

Arzacq, Jairo Lopez triomphe

Le mexicain Jairo Lopez a triomphé lors de la novillada d’Arzacq qui marque l’ouverture de la temporada française 2024. On retiendra principalement de cette course, la très bonne entrée et la grande classe du dernier novillo de la famille Gallon. Tomas Bastos n’a pas renouvelé ses prestations réalisées dans le Sud-Ouest fin 2023. Bruno Martinez, courageux et appliqué face au compliqué quatrième, mérite d’être revu.

Les toros

Plus hétérogène de présentation et de comportement que les erales de 2022 et 2023, le lot envoyé par les frères Gallon, par son fond de caste et sa noblesse parfois piquante (cf le quatrième) a permis que cette novillada d’ouverture de la temporada soit entretenue. De cet ensemble fort intéressant, ressort le très bon dernier. Toro de grande classe, il n’a pas eu la lidia que ses grandes qualités permettaient. Les premier, second et troisième ont été intéressants

Les toreros

Torero classique, le navarrais Bruno Martinez a exploité la très bonne corne gauche du premier Gallon mais est resté en dessous du potentiel du novillo. Il s’est fait beaucoup accrocher à droite et a mal tué. Le quatrième était un manso con casta sérieux de présentation et compliqué de comportement. Avec courage et application, le Navarrais réalise une très bonne faena tirant de bons muletazos, là où d’autres auraient baissé les bras. De ce fait, il conserve son cartel et mérite d’être revu. Il coupe une oreille méritée.

Tomas Bastos est prêt à passer en piquée. Il coupe une oreille à son premier novillo, un bicho court de charge, après une faena marginale mais élégante, moyennement conclue à l’épée qui a séduit le public. Face au cinquième, le portugais est resté distant et sa tauromachie sans transmission. L’épée n’a pas sauvé sa prestation. Espérons que la contre-performance du jeune torero n’est qu’un accident de parcours à quelques jours de sa montée en novillada piquée.

Le Mexicain Jairo Lopez est volontaire, courageux, parfois appliqué mais vert. Il s’est fait déborder par un bon troisième novillo et a mal tué. Il touche en dernier lieu le meilleur toro de la course. La faena est spectaculaire et trémendiste alors que le Gallon demandait temple et suavité. Mais cela a porté sur le public. Dommage, le toro méritait mieux. Le jeune mexicain remporte les différents trophées mis en jeu après avoir coupé deux oreilles. On le reverra dans un autre contexte pour Pâques à Aignan.

Fiche technique
  • Arènes d’Arzacq, novillada non piquée, Trophée du Jambon de Bayonne de Cristal, 6 erales de Gallon pour
    • Bruno Martinez: salut, oreille (un avis)
    • Tomas Bastos: oreille, silence (avis)
    • Jairo Lopez: : silence, deux oreilles
  • Président: Frédéric Marcel (Mugron)
  • 9/10 èmes d’arène

A l’issue du paseo Tomas Bastos a reçu en tant que meilleur novillero en non piquée les prix accordés par les sections Sud-ouest de l’UCTF et de l’Amicale des Chroniqueurs Taurins Français.

JaIro Lopez, triomphateur de la novillada, a reçu le prix des organisateurs du Sud-ouest et le prix du Jambon de Bayonne de Cristal .

Le reportage photographique complet de Philippe Latour
PSX_20240218_172831
PSX_20240218_173223
PSX_20240218_173417
PSX_20240218_174526
PSX_20240218_174745
PSX_20240218_175047
PSX_20240218_175148
PSX_20240218_175414
PSX_20240218_175504
PSX_20240218_180109
PSX_20240218_180319
PSX_20240218_181657
PSX_20240218_181832
PSX_20240218_182454
PSX_20240218_182556
PSX_20240218_182649
PSX_20240218_183409
PSX_20240218_183507
PSX_20240218_183557
PSX_20240218_183912
PSX_20240218_184036
PSX_20240218_184124
PSX_20240218_184226
PSX_20240218_184321
PSX_20240218_184405
PSX_20240218_184511
PSX_20240218_184610
PSX_20240218_184751
PSX_20240218_185002
PSX_20240218_185124
PSX_20240218_185210
PSX_20240218_185252
PSX_20240218_185407
PSX_20240218_185620
PSX_20240218_190536
PSX_20240218_190700
PSX_20240218_190808
PSX_20240218_190851
PSX_20240218_192131
PSX_20240218_192521
PSX_20240218_192650
PSX_20240218_192809
PSX_20240218_192856
PSX_20240218_192943
PSX_20240218_193136
PSX_20240218_193100
PSX_20240218_193233
previous arrow
next arrow
PSX_20240218_172831
PSX_20240218_173223
PSX_20240218_173417
PSX_20240218_174526
PSX_20240218_174745
PSX_20240218_175047
PSX_20240218_175148
PSX_20240218_175414
PSX_20240218_175504
PSX_20240218_180109
PSX_20240218_180319
PSX_20240218_181657
PSX_20240218_181832
PSX_20240218_182454
PSX_20240218_182556
PSX_20240218_182649
PSX_20240218_183409
PSX_20240218_183507
PSX_20240218_183557
PSX_20240218_183912
PSX_20240218_184036
PSX_20240218_184124
PSX_20240218_184226
PSX_20240218_184321
PSX_20240218_184405
PSX_20240218_184511
PSX_20240218_184610
PSX_20240218_184751
PSX_20240218_185002
PSX_20240218_185124
PSX_20240218_185210
PSX_20240218_185252
PSX_20240218_185407
PSX_20240218_185620
PSX_20240218_190536
PSX_20240218_190700
PSX_20240218_190808
PSX_20240218_190851
PSX_20240218_192131
PSX_20240218_192521
PSX_20240218_192650
PSX_20240218_192809
PSX_20240218_192856
PSX_20240218_192943
PSX_20240218_193136
PSX_20240218_193100
PSX_20240218_193233
previous arrow
next arrow

Eral par eral
Numéro 81 Listono Bruno Martinez

Le premier est léger mais bien fait. Bruno Martinez le reçoit à la cape par véroniques Le bicho met bien la tête dans la cape. Le novillo est juste de forces Tomas Bastos réalise un très bon quite auquel répond Martinez par des chicuelinas brouillonnes. Le navarrais brinde au public. Il débute par des doblones appuyés qui font fléchir le Gallon. Début de faena par derechazos parfois accrochés , l’eral est noble. Cité de loin à gauche,  il humilie dans la muleta de Martinez. Profitant de la charge du bicho,

la seconde série est meilleure. Troisième série le Gallon continue à humilier et répéter. La faena est appliquée. Mais trop longue, elle manque de transmission. Lassé le toro part aux planches. Un pinchazo précède une entière en avant et légèrement tombée efficace. Salut

Numéro 68.Matoncillo Tomas Bastos

Le second est plus costaud. Son coup de tête dans la cape pose des soucis à Tomas Bastos. Jairo Lopez se fait bousculer lors de son quite par chicuelinas. Tomas Bastos pose trois bonnes paires de banderilles dont un quiebro dans les planches.  Le novillero amène le Gallon au centre. Juste de forces,  le novillo est court de charge. A droite la faena est inégale avec de bons muletazos et d’autres plus marginaux. Bref passage à gauche, le toro est plus réservé sur ce piton. Et le torero n’insiste pas. Le toro va à menos.  Le final alterne sur les deux pitones est élégant mais sur le pico. Toutefois il  porte sur le public.  Un pinchazo puis le portugais se fait bousculer en mettant une entière basse mais efficace.  Oreille

 Numéro 89 Carpintero Jairo Lopez

Le troisième est commode de tête.  Jairo Lopez se fait accrocher la cape en le recevant. Échange de quites avec Martinez. Le Mexicain pose les banderilles avec des fortunes diverses. Début de rodillas par derechazos , le novillo est noble et répète,  le novillero est appliqué mais reste en dessous du potentiel du novillo.  Il a tendance a étouffer la charge du Gallon et à rechercher l’effet plus que la profondeur de la passe. A gauche il est débordé par la caste du novillo. Le final trémendiste et accroché porte sur le public.  La mise à mort est vilaine. Bien qu’efficace, elle prive le torero de tout trophée. . Silence

Numéro 77 Pocaluna Bruno Martinez

Le quatrième est très bien présenté. Il sort abanto et se défend dans la cape hésitante de Bruno Martinez. Il prend le dessus sur Tomas Bastos qui réalise un quite par chicuelinas. Un peon se fait bousculer en posant la première paire de banderilles. Petit à petit le Gallon devient le maître du ruedo. Le novillero double avec efficacité.un novillo compliqué. A gauche, le toro est tardo et vient fort presque avec violence . Il en est de même à droite.  Avec envie et courage,  le Navarrais lui tire de bonnes séries sur les deux pitones. Le toro va à menos et part aux planches. Martinez prolonge inutilement la faena à un toro qui s’est décomposé. Il entend un premier avis après avoir pinché.  La seconde entrée à matar est tombée mais très rapide d’effet. Une oreille  méritée vient récompenser le courage du novillero.

Numéro 78 Mosquero Tomas Bastos

Le cinquième est bien armé. Pas grand-chose à retenir du premier tercio, les banderilles posées par Tomas Bastos sont meilleures qu’à son premier,  la seconde est supérieure. Les premiers derechazos sont lointains et ne pèse pas sur le toro. Les naturelles suivantes sont du même tonneau.. Le toro manque de rythme mais suit bien la muleta prudente du novillero. La fin de faena est aussi marginale que le début. Tout l’ensemble manque de rythme, de transmission et d’intensité. De plus c’est beaucoup trop long. Et malgré une bonne série sur la fin , le bicho, pas vraiment toréé, reste quasi inédit. L’épée est trasera et basse,  un avis sonne. Le novillo tarde à tomber,  deux descabellos sont nécessaires. Silence

Numéro 52 Destocado Jairo Lopez

Le dernier est bien présenté. Échange de quites avec Martinez,  les zapopinas de Jairo Lopez remportent les suffrages du public. Le second tercio est spectaculaire et porte sur les gradins. Début de faena par le haut,  le novillo est noble mais manque de charge. Il alterne charge en humiliant et hachazos.quand le torero se fait toucher la muleta.  Les passes sont au forceps quand le toro demande de la douceur. Le torero mexicain a une tauromachie plutôt trémendiste et spectaculaire et se trouve là à contre-emploi . Cela porte sur le public mais on passe à côté d’un très bon toro qui va à mas malgré l’inadéquation de la faena.

Sur la fin, alors que le Gallon va à mas, le mexicain posera un peu sa tauromachie et une des dernières séries à gauche confirmera les qualités du novillo. L’épée est trasera et basse, le novillo tarde à tomber, un avis sonne. Deux oreilles sont accordées,  une de trop , le toro le meilleur des deux acteurs n’est pas récompensé.

Thierry Reboul

2 réflexions sur “Arzacq, Jairo Lopez triomphe

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics