ActualitésReseñas

Bolsin Bougue, Samuel Navalon triomphateur

Après une intéressante tienta qualificative, c’est un public nombreux qui garnit les gradins des arènes de Bougue pour la novillada du Bolsin 2023.

Des novillos, bien présentés du Camino de Santiago, tous sont sortis nobles. On retiendra les troisième et cinquième très nobles et avec le plus de poder. Ce sont ces deux novillos qui ont offert le plus d’options aux toreros.

Julio Mendez a tout juste 16 ans. Il s’est qualifié le matin avec les meilleurs muletazos de la tienta. L’après-midi face à son eral, il a très bien commencé sa faena donnant une bonne série à doite puis de très bonnes naturelles templées . La fin de faena a été plus brouillonne et la mise à mort laborieuse. Le novillero est à revoir quand il aura acquis un peu plus d’expérience.

Le premier novillo d’Andoni Verdejo manquait de force. Sa faena intelligente a manqué d’émotion. De bons passages au quatirème exigeant avec un coup de tête qu’il fallait maîtriser. Malheureusement l’épée ne permettait pas l’attribution du moindre trophée.

Samuel Navalon est plus que pret pour passer à l’échelon supérieur. Il a une technique bien affirmée. Mais comme souvent pour les toreros aux portes de l’échelon supérieur, ses faenas manquent d’émotions parce que le novillero maitrise trop son sujet. Pour compenser cela, Navalon termine par une « partie trémendiste » pas toujours du meilleur goût. Cela ne change en rien le fait que le novillero d’Albacete est un des espoirs à suivre dans les prochains mois. Il remporte le 27 ème Bolsin de Bougue.

Au moment de la remise des prix, le président de la commission taurine de Mont de Marsan a annoncé que Tomas Bastos serait au cartel de la non piquée des Fêtes de la Madeleine.

Fiche technique
Phase qualificative
  • Trois erales de la ganaderia du Camino de Santiago
  • Andoni Verdejo: vuelta
  • Samuel Navalon: oreille (avis)
  • Julio Mendez: silence (avis)
  • Sélectionnés pour la finale : Andoni Verdejo et Samuel Navalon
Finale
  • Deux erales de la ganaderia du Camino de Santiago
  • Andoni Verdejo: salut (un avis)
  • Samuel Navalon: deux oreilles
  • Vainqueur du Bolsin: Samuel Navalon
  • Président: Hugo Lavigne
  • 3/4 d’arènes
  • météo clémente
Le reportage photographique de Peio Peyrelongue
220A0298
220A0308
220A0339
220A0341
220A0361
220A0380
220A0388
220A0396
220A0397
220A0409
220A0415
220A0436
220A0451
220A0454
220A0468
220A0473
220A0483
220A0497
220A0516
220A0523
220A0526
220A0528
220A0539
220A0545
220A0567
220A0584
220A0587
220A0591
220A0604
220A0614
220A0616
220A0638
220A0654
220A0666
220A0668
220A0676
220A0681
220A0688
220A0698
220A0700
220A0702
previous arrow
next arrow
220A0298
220A0308
220A0339
220A0341
220A0361
220A0380
220A0388
220A0396
220A0397
220A0409
220A0415
220A0436
220A0451
220A0454
220A0468
220A0473
220A0483
220A0497
220A0516
220A0523
220A0526
220A0528
220A0539
220A0545
220A0567
220A0584
220A0587
220A0591
220A0604
220A0614
220A0616
220A0638
220A0654
220A0666
220A0668
220A0676
220A0681
220A0688
220A0698
220A0700
220A0702
previous arrow
next arrow
Toro à toro
Phase qualificative

Andoni Verdejo reçoit le premier par des véroniques. L’eral manque de forces. Samuel Navalon fait un bon quite par tafalleras et véroniques. Andoni brinde au public. Début à droite, le bicho fléchit. Le torero lie deux séries de derechazos. Sur la suivante, le toro raccourcit sa charge. A gauche,  il se livre moins et va à menos. Estocade en deux temps conclue par une entière caidita en avant. Vuelta après une faena intelligente économisant le toro mais qui a manqué d’émotion.

Le second, plus léger, est reçu avec élégance par Samuel Navalon. Bon quite de Julio Mendez, le novillo est noble. Après un brindis familial , Navalon commence par le haut Il se fait accrocher sur un derechazo. A gauche comme à droite, le toro est noble mais gêné par sa faiblesse. La faena, trop longue, est techniquement parfaite mais manque forcément d’émotion. Le final, plus trémendiste est aussi plus brouillon. L’épée contraire et entière tarde à faire effet. Un avis et descabello, une oreille.

Le troisième, un peu plus costaud, sort abanto. Sa réception par Julio Mendez est brouillonne. L’échange de quites avec Andoni Verdejo l’est aussi. Brindis au public, le novillo est noble et répète. La première série à droite est un peu heurtée. La suivante est plus templée. Bonne série à gauche, la faena semble allée à mas. Malheureusement les derechazos qui suivent sont plus brouillons. Le toro répète encore mais avec moins de rythme. La faena va à menos. Le manque d’expérience à l’épée se fait cruellement sentir. Un avis et silence.

Sont qualifiés pour la finale Andoni Verdejo et Samuel Navalon.

Finale

Le quatrième, bien présenté, est suelto. Bonne réception pour Andoni Verdejo, le novillo est bien banderillé par Thomas Ubeda et Julien Breton .Le torero cite de loin. Le bicho donne des coups de tête dans la muleta. Il faut lui faire baisser la tête mais il fléchit si on l’oblige trop. Andoni tire les passes une à une. En fin de faena, le bicho boite par moment. Le torero réduit les terrains face à un toro qui est allé à menos. La mise à mort est approximative. Un avis et salut.

Le sixième est un joli novillo bien fait et armé. Il humilie bien dans la cape de Navalon. Brindis au public, Samuel Navalon commence sa faena par le haut. Le toro est noble et manque juste d’un peu de forces. Entre deux séries de derechazos efficaces,  le novillero le laisse respirer. Désarmé à gauche , une série à droite puis le torero repart en naturelles. Final pour toréer le public et aller chercher l’oreille, luquesinas le torero est capable de faire mieux.Il l’a montré en début de faena. L’épée résulte entière et efficace. Deux oreilles.

Thierry Reboul

Laisser un commentaire

Verified by ExactMetrics